loader image

Bas les masques !

Le grand floutage de gueule

Le grand floutage de gueule.

Alors que chacun.e est confiné.e et que certain.es d’entre nous sont occupé.es à se battre contre la misère ou la maladie, le gouverneMENT ne trouve rien de plus urgent à faire que de soumettre à la va-vite à un parlement fantoche une nouvelle loi de restriction des libertés.

La proposition de loi sur la sécurité globale donne à l’Etat et à sa police un permis de blesser gravement, voire de tuer. En enlevant la possibilité de témoigner par la vidéo des violences policières, elle soustrait à la publicité les actions des forces de l’ordre.

Sans possibilité de contrôle par les journalistes et par le peuple, il ne reste plus que le récit des puissants sur la contestation.

Avec cette loi, comment se serait terminée l’arrestation de Farida, l’infirmière menottée lors des manifestations pour défendre la santé en juillet 2020 ?

Avec cette loi, Alexandre Benalla serait toujours garde du corps de président.

Nous ne saurions rien non plus de la violence qui s’est abattue sur Cédric Chouviat, ce père de famille assassiné/tué par des policiers suite à son interpellation pour contrôle d’identité.

Cette loi aurait également dérobé à nos regards médusés Geneviève Legay, militante Gilet jaune, (blessée par des policiers,) et tombée dans le coma suite à sa participation à une manifestation après avoir été blessée par des policiers.

Et de nombreuses autres victimes, depuis tant d’années…

Le recours aux sociétés privées pour certaines tâches, la territorialisation des forces de l’ordre comme aux USA avec son lot d’inégalités en fonction des territoires et la soumission aux enjeux de pouvoir locaux.

Voilà ce qui nous attend si nous ne sommes pas vigilant.es !

Au fond, matraque et pantoufles sont comme mariés à jamais sous le sceau de l’argent paisible. La sécurité n’existe pas quand on tente de l’imposer. Impossible ! C’est comme demander à un enfant qu’on vient de gifler de sourire. Ça ne marche pas.
L’éducation sans fouet, sans cadre rigide arbitrairement imposé, ni leçons à avaler, qui aborde de face les doutes, les questions, les conflits, cela seul peut être une solution et ne demande qu’une infinie patience.

La loi sur la sécurité globale qui protège la police d’état et non le peuple, ne sera jamais assez sévère aux yeux de ces gouvernements désaxés, aux commandes.
Sitôt sortie, il en faudra une nouvelle, plus dure, plus implacable, plus injuste encore … c est sans fin.

Détruire les traces de leurs exactions, garder les nôtres pour nous accabler et nous réprimer encore plus, voilà ce qu’ils veulent.
Et briser toute tentative de contestation d’une autorité injuste, abusive.

Par contre, des traces qui nuisent à notre sécurité psychique, celles-ci, ils en veulent bien ! Ils reviennent avec cette idée déjà retoquée de caméras mobiles et de drones qui permettront l’identification par reconnaissance faciale de la population, partout et à tout moment, ainsi que leur surveillance sournoise, invisible, oppressante.

Tandis que la Police agit à l’abri des caméras, l’individu est mis à nu, livré pieds et poings liés à la mémoire froide des machines. Comme dans les pires dictatures, il sera désormais facile de tenir un fichier des opposants.

Nous entrons dans une logique de dissuasion de la résistance.
Et après quoi?
Armer les drônes?

Nous, Bas les Masques, soutenons sans aucune réserve le mouvement de contestation contre cette loi inique, scélérate.

Il s’agit d’une nouvelle atteinte grave à notre liberté de penser, d’être « contre », de nous mouvoir librement, de pointer les failles de ce système injuste et destructeur.

Partager la publication

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur print
Partager sur email