loader image

Bas les masques !

Cette rage qui nous ronge.

Cette rage qui nous ronge.

 
Un texte de Pascale, infirmière à Lyon.
 
Louhniss a quitté la grande famille des soignants , emporté par le covid comme de nombreux autres avant lui .
Il a passé 42 ans de sa vie professionnelle à s’occuper des autres, à prendre soin…
Quelle émotion je ressens ? Entre tristesse et colère…
La mort d’un soignant ne rentre pas en concurrence avec celle de quiconque, elle est tout aussi injuste et révoltante.
Travailler aux services des autres est un engagement profond.
Après plus d’un an de pandémie , comment peut-on accepter de ne pas être protégé davantage ? Pourquoi n’avons nous pas tous de masques FFP2 puisqu’il est davantage protecteur ?
Comment accepter de remettre nos vies dans les mains de décideurs, du haut de leurs bureaux ?
Encore un jour de plus à vivre cette rage qui nous ronge …
Encore un jour de plus à voir des familles détruites par le chagrin…
Encore un jour de plus à ne plus comprendre ni supporter ce que devient le monde du soin… Le monde tout court…
 
Pascale.
 
« …Ses collègues sont sous le choc. Louhnisse Gana, 61 ans, aide-soignant à l’hôpital Edouard-Herriot est décédé ce mercredi 23 décembre des suites d’une infection au Covid-19.
« Il était en réanimation à la clinique de l’Infirmerie protestante de Caluire. Il laisse derrière lui une femme et un garçon de 16 ans. On veut savoir ce qu’il s’est passé, dans quelles circonstances il a été contaminé », confie au Progrès Victor Feliciano, représentant CGT.
Selon le syndicat, la victime qui travaillait depuis 41 ans aux Hospices civils de Lyon avait fait part de ses inquiétudes dès les premiers symptômes. Il estimait que des « dysfonctionnements » l’avaient conduit à contracter la maladie… »
 
( source Le Progrès, 23 décembre 2020 )

Alors aujourd’hui nous en voulons à ce gouvernement pour cette gestion de crise. Nous lui en voulons pour son discours culpabilisant pour les individus, le « pour soulager les hôpitaux, ne tombez pas malades » de J. Castex. Nous lui en voulons de continuer à penser et faire croire qu’une gestion d’épidémie est une affaire de responsabilité individuelle, et concerne donc uniquement nos patients. Elle concerne nos employeurs avant tout.

La gestion d’une épidémie, c’est le collectif et la solidarité. La gestion d’une épidémie, c’est une direction d’hôpital qui protège ses soignant.es et dépense sans compter en matériel de protection. Pas une direction d’hôpital qui, relayant la communication gouvernementale, explique que les soignant.es se contaminent pendant les pauses repas comme on a pu le voir dans une note de la direction de l’hôpital de Pau.

Nous n’en voulons pas aux patient.es qui se contaminent, nous en voulons à ce système néolibéral qui réprime au lieu de protéger.

 

Bas les Masques !

Partager la publication

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur print
Partager sur email
Ce site website est hébergé par Grape Hosting